Les TâCos de Thucydide et de Rameau

Banque de tâches complexes pour l'histoire-géographie-emc et pour les arts. Site animé par L. Fillion et O. Quinet pour l'Histoire géographie emc et N. Olivier pour les arts. Les travaux que vous trouverez ici ont été réalisés par et pour les professeurs. Contacts : oquinet@histgeo-rostand.net / laurentfillion@gmail.com

La Traite négrière.

Une TâCo de D. Bouchillon sur les traites négrières avec une très intéressante production tice : thinglink.

 

Le musée d’Aquitaine a décidé d’ouvrir de nouvelles salles consacrées à la traite négrière et à l’esclavage afin de montrer le rôle de Bordeaux dans la traite négrière. Pour cela, il a décidé de faire appel à des groupes d’experts pour organiser les différents espaces à l’intérieur de ces salles. Vous figurez parmi ces groupes. La lettre de mission est claire :

 

« Nous avons le plaisir de vous informer que le conservateur du musée d’Aquitaine vous charge d’organiser les différents espaces au sein des nouvelles salles consacrées aux traites et à l’esclavage. Par ailleurs, il vous charge de réaliser des textes explicatifs courts montrant les étapes de la traite et de l’esclavage.
Afin de vous aider, le musée vous confie les photographies des objets ou documents que vous pourrez ajouter dans les vitrines des salles d’exposition.
Attention, n’oubliez pas que le musée est très régulièrement visiter par les scolaires et il est nécessaire de composer des textes simples et clairs »


Pour réaliser ce travail, vous disposer d’un outil en ligne qui vous permettra d’aménager les différents espaces virtuellement avant la présentation devant le conservateur du musée dans 1h40.
Par ailleurs, ce dernier vous a laissé les photographies des objets et des documents que vous pourrez installer dans les vitrines ou afficher ainsi que des documents qui pourront vous aider à réaliser les cartels d’information. Vous disposez aussi de tous les outils que vous jugerez nécessaires (internet, manuels, livres…)

 

Si vous trouvez ce travail difficile, vous pouvez demander de l’aide auprès du conservateur du musée.

Voici le lien vers le site de D. Bouchillon avec la page Thinglink que les élèves doivent réaliser : IClasse 130

Et en cliquant sur l’image vous accéderez à Thinglink

 

2014-09-06_06h32_36

 

 

Les conditions de vie à bord d’un navire négrier :

Le navire négrier doit emporter tout ce qui est nécessaire à sa navigation […]. Il faut charger entre autres un nombre important d’armes pour permettre à l’équipage de se défendre des éventuelles attaques et de contenir les captifs à bord en cas de révolte. […] Avant d’embarquer, les captifs sont marqués au fer rouge sur la poitrine, le bras et l’épaule […]. Tout captif est rasé et embarqué nu à bord afin de réduire la propagation des parasites et des maladies. […] Les captifs sont progressivement entassés à bord du négrier. Les hommes sont enfermés dans l’entrepont, enchaînés pendant la nuit et une bonne partie de la journée. Les femmes et les enfants ont davantage le droit de circuler, et on leur réserve le parc à esclaves à l’arrière du navire.
Comprendre la traite négrière, CRDP Aquitaine, Bordeaux, 2009.
La capture racontée par un esclave :


«Un jour où tous nos parents étaient allés à leurs travaux comme d’habitude, et que j’étais resté seul avec ma sœur pour garder la maison, deux hommes et une femme (1) franchirent nos murs et, en un instant, nous saisirent tous les deux. Sans nous laisser le temps de hurler ou de nous défendre, ils nous bâillonnèrent, nous lièrent les mains et nous emportèrent vers la forêt. Là, ils nous ligotèrent les mains, et nous transportèrent aussi loin que possible. […] Finalement, après plusieurs jours de voyage pendant lesquels je changeai plusieurs fois de maîtres, j’arrivai  entre les mains d’un chef de clan dans une région agréable […]. Je fus encore vendu. De cette manière, je continuai mon voyage jusqu’à ce que, au bout de six ou sept mois après ma capture, j’arrivai au bord d’une grande rivière(2). On me plaça dans une pirogue et on commença à pagayer. La première chose que je vis en arrivant à la côte fut la mer et un navire négrier qui attendait son chargement. »
Olaudah Equiano, ma véridique histoire, 1789.


La vente racontée par un esclave :

 

«Enfin, nous vîmes apparaître l’île de la Barbade. Après notre débarquement on nous dirigea vers la cour d’un marchand où nous fûmes parqués comme des moutons, sans souci du sexe ni de l’âge. Nous étions là depuis quelques jours quand on procéda à notre vente. Au signal du roulement de tambour, les acheteurs, marchands ou planteurs, se précipitaient tous ensemble dans l’enclos où étaient massés les esclaves et choisissaient le lot qu’ils préféraient. Sans scrupule, on sépara des familles et des amis qui, pour la plupart, ne se reverraient plus jamais. C’était vraiment déchirant d’entendre les cris de parents perdant leurs enfants, des frères leurs sœurs, des époux leurs femmes. »
Olaudah Equiano, ma véridique histoire, 1789.
Fers d’esclaves.

Feuille de vente d’un groupe d’esclaves

 

Un marchand d’esclave à Gorée, 1769.

Vue d’ensemble des traites négrières.

Plan d’un navire négrier

 

le travail de la terre et des moulins à sucre.
Ceux qui vont au jardin, c’est-à-dire, qui cultivent la plantation, sont réveillés avant l’aurore par le claquement de fouet du Commandeur chargé d’inspecter leur conduite, et de punir leur négligence. À midi on leur accorde deux heures, non pour prendre un repos si nécessaire sous ces latitudes, quand on a labouré sept heures, mais pour aller préparer leur repas et celui de leur famille. À deux heures précises le Commandeur rappelle au jardin ; et le travail dure jusqu’à la nuit pour ceux qui ne sont point obligés de veiller au moulin.
Dans la plupart des plantations, les nègres attachés aux travaux particuliers de la sucrerie n’ont pas d’autre occupation pendant la récolte. Le travail de ceux qui sont aux moulins ou aux chaudières est extrêmement pénible, et demande des ouvriers très exercés. […] Aussi l’excès de la fatigue tue-t-il bientôt ceux qui y sont soumis.
B.S. Frossard, La cause des esclaves nègres et des habitants de la Guinée portée au
tribunal de la Justice, de la religion, de la politique
, Lyon, t. I, 1784.
Graphique montrant la production sucrière et le nombre d’esclaves dans la colonie française de Saint Domingue entre 1710 et 1790.

 

 

Tableau récapitulatif d’e la cargaison d’un navire négrier bordelais.

Une affiche annonçant une vente d’esclave à Charlestone, 1769.

 

 

Exemples de châtiments : la muselière.

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 06/09/2014 par dans Histoire 4e, Non classés, Quatrième, et est taguée , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :