Les TâCos de Thucydide et de Rameau

Banque de tâches complexes pour l'histoire-géographie-emc et pour les arts. Site animé par L. Fillion et O. Quinet pour l'Histoire géographie emc et N. Olivier pour les arts. Les travaux que vous trouverez ici ont été réalisés par et pour les professeurs. Contacts : oquinet@histgeo-rostand.net / laurentfillion@gmail.com

J’aime mettre mes élèves au fond du trou

J’aime mettre mes élèves au fond du trou… avec un peu de corde, quelques morceaux de bois, divers matériaux et les regarder essayer d’en sortir. Je m’installe confortablement les pieds posés sur une chaise et aux mains une quelconque boisson. (J’ai bien quelques préférences notamment dans tout ce qui est qualifié d’hors d’âge, mais sur un blogue pédagogique cela ne fait pas très sérieux 🙂

Que disais-je avant d’être grossièrement interrompu par moi-même? J’aime m’interrompre, d’ailleurs je suis la seule personne à qui je le tolère. Tout le monde n’est pas Dieu (mais ceci est une autre histoire que je conterai en d’autres temps et en d’autres lieux).

Je disais donc : un trou, un groupe d’élèves, un fauteuil confortable.  Et je regarde. Il y a les paniqués qui se mettent à courir de partout et s’accrocher à la corde et au bois en les tortillant et en se les arrachant. Y a les scolaires qui, inquiets, demandent « se sera noté Monsieur ? » Y a les maniaques qui, a peine avais-je distribué le matériel, sortaient déjà leurs ciseaux et leur colle. Y a les fatigués qui ont soufflé et se sont assis au fond près de la paroi (faute de radiateur et de fenêtre). Y’a les bucheurs solitaires qui se sont accaparé le matériel et ont cherché à sortir du trou… mais qui seul ne peuvent rien. Car pour sortir il faut travailler en groupe, utiliser les compétences de chacun, s’écouter, se comprendre, s’affronter parfois, réfléchir… et mobiliser ses connaissances.

Face à une tâche complexe il y a toujours un moment d’expectative, voire de panique. Les premiers trous sont très instructifs sur les élèves. Il faut prendre alors le temps de les observer, se mettre en retrait, refuser les questions. C’est extrêmement instructif.

Après les avoir regardés se débattre, il me faut parfois les aider, surtout pour le premier trou, et les encourager. « Si vous voulez aller à la cantine, il faut vous dépêcher de sortir » ; «  alors, pas encore sorti ? » ; « mais vous n’êtes vraiment trop nul ». Une fois les conseils dispensés, je retourne m’asseoir. Et profiter de mon hors d’âge. Tous finiront par sortir ; l’idée de louper la cantine est une motivation très forte chez l’adolescent. Et pour ceux qui vont rester bloqué…  ils seront plus efficaces au prochain trou.

J’aime donc mettre mes élèves au fond d’un trou.

Plus sérieusement.  Le travail en groupe avec une tâche complexe est un vrai bonheur, une grande découverte.  Car les élèves en ressortent plus compétents avec des savoirs mieux enracinés… et souvent avec des pépites. Mais ceci est une autre histoire.

Publicités

Un commentaire sur “J’aime mettre mes élèves au fond du trou

  1. Marcon
    12/11/2014

    Résumons:apprenez à vous contenter de peu et vous serez satisfait.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 17/11/2012 par dans à propos des tâches complexes.
%d blogueurs aiment cette page :